Lundi de Pentecôte 2024- Fête fraternelle du pôle

Comme chaque année, le Père José nous invite à la messe unique du pôle à 11h, dans l’église Notre Dame de l’Assomption de Fleury. Elle sera présidée par le Père Azar et concélébrée par le Père José entouré de ses prêtres, animée fidèlement par les sonneurs de trompes de chasse et la chorale de Chailly.

La messe est suivie d’un repas partagé dans la salle des fêtes du village et son jardin (chacun apporte un plat salé ou sucré et une boisson !)

A 15 h, concert dans l’église de Fleury où vous sera interprété Stabat Mater de Haydn et le Cantique de Jean Racine de Gabriel Fauré (Les bénéfices seront reversés à la fondation Mansart pour la restauration de l’église.)

A l’issu du concert sera ouvert le jardin du château pour un goûter.

Cette journée est sous la protection de Marie Mère de Église, qu’elle nous garde « Tous unis dans l’Esprit »

 

Le Stabat Mater et le Cantique de Jean Racine seront interprétés par l’Académie Lyrique Compagnie de Paris, composé d’une trentaine de chanteurs amateurs et musiciens permanents, dirigés par des solistes, chef de chœur et chef d’orchestre professionnels.

Le Stabat Mater évoque la douleur d’une mère devant l’agonie de son fils

« La Mère de douleur se tenait debout ». Telle est la traduction des mots « Stabat Mater dolorosa » par lesquels commence le texte. Cette mère, c’est Marie. Elle assiste avec beaucoup de courage à la mort de son fils Jésus cloué sur une croix. Le texte du Stabat Mater, en latin, date du XIIIème siècle et est généralement attribué au franciscain Fra Jacopone da Todi. En 10 strophes de 6 vers chacune, il évoque successivement la compassion de la Vierge pour son fils, celle du croyant envers elle, la force de la prière et enfin l’espérance.

Venez découvrir le Stabat Mater de Haydn. « Lors de sa composition en 1767, l’œuvre était innovante, déployant les forces imposantes d’un orchestre, d’un chœur et de quatre solistes vocaux ». La description poignante, doloriste même, des souffrances de la Vierge au pied de la croix « circule » d’une voix à l’autre comme autant de stations d’un chemin spirituel auquel le croyant est invité, jusqu’à entrevoir « la gloire du Paradis ».

Le Cantique de Jean Racine est une pièce vocale composée en 1865 par Gabriel Fauré, sur une transposition libre de Jean Racine (1639-1699) de l’hymne Consors paterni luminis du IVème siècle, attribué à saint Ambroise.